René Tourte présente ses ouvrages.

Publication des ouvrages chez L'Harmattan

Pour en savoir plus sur René Tourte, lire son autobiographie

Coulisses du livre de René Tourte.

Dans certains grands films, on aime bien regarder « les coulisse du tournage ». Vous apprécierez sans aucun doute, ici, "les coulisses de l'ouvrage" qui nous relatent sous l'œil de la caméra, l'inimaginable "saga" de cet ouvrage, qualifié récemment par un collègue économiste de l'INRA de "cyclopéen et titanesque", mené à terme (en quinze années) grâce à l’aide de l'épouse de l'auteur, aussi africaine que lui (comme il aime à le dire), et de quelques amis.

Cliquer sur l'image pour voir le film.

presentationtourte

Notre ami de l'IRD et adhérent de l'Adac, Christian Feller, membre titulaire de l'Académie d'agriculture de France, vient d'écrire pour cette dernière une recension de l'ouvrage de René Tourte : Histoire de la recherche agricole en Afrique tropicale francophone et de son agriculture de la Préhistoire aux temps modernes, L’Harmattan, 2019. Vous pouvez avoir accès au document en cliquant ici.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

les4livresTourte

Note de synthèse rédigée à partir de l’article :

https://publications-prairial.fr/arabesques

Au départ, des fonds cartographiques en déshérence

La richesse, la diversité et l’ancienneté des fonds cartographiques du Cirad en font une ressource scientifique et patrimoniale unique. Les cartes produites couvrent, sur une période allant de 1954 à nos jours, de nombreuses régions du Sud (Afrique, Amérique latine, Caraïbes, Asie du Sud-Est) et des thématiques d’intérêt pour l’histoire des espaces naturels et cultivés (cartes des sols, paysages, forêts naturelles, plantations forestières, plantes sauvages ou cultivées, ressources pastorales…).

Cependant, certains fonds étaient tombés dans l’oubli au fil de départs en retraite, de déménagements, ou de changements d’équipes. À la faveur de plans d’aménagement immobilier, certaines collections anciennes ont été mises au jour et inventoriées. Mais, faute de temps et de ressources dédiées, les fonds révélés n’étaient pas traités et continuaient à se détériorer.